Communiqué CSFV – Coronavirus (suite)

La fédération CFTC CSFV affiche sa totale solidarité à tous les salariés appelés à travailler dans cette période particulièrement difficile.

 

Nos représentants dans les entreprises font leur maximum pour la protection des salariés, à la fois en les conseillant mais également en continuant à dialoguer avec les directions pour permettre à chacun de travailler les conditions les plus sécurisées possibles.

 

Cependant, dans beaucoup trop de cas nous avons constaté que les protections des salariés ne sont pas satisfaisantes et que certaines structures refusent de mettre en place les mesures conseillées par les autorités sanitaires. Cette situation est intolérable.

 

Nos collègues dans les commerces alimentaires, les agents de sécurité, le personnel de nettoyage, les salariés des industries alimentaires et tous les autres sont aujourd’hui totalement engagés au service de la population, pour autant ils ne disposent pas tous des protections nécessaires.

 

Le fait de devoir attendre le bon vouloir de certains dirigeants pour protéger leurs salariés est d’autant plus intolérable que cela est le résultat de la suppression par le gouvernement des CHSCT. Les moyens d’action des représentants du personnel se retrouvent limités.

 

Le gouvernement a proposé qu’une prime de 1000 soit versée à tous les salariés poursuivant le travail. S’il s’agit au fond d’une prime de risque dont on veut taire le nom, il est clair que si un salarié tombe malade, ce ne sera pas cette somme qui lui rendra sa santé ! Nous ne connaissons pas assez ce virus pour affirmer qu’il n’y aura aucune séquelle pour les survivants. De plus, quelles sont les garanties que cette somme sera réellement versée à tous les concernés ? Nous craignons que malgré leur dévouement, certains seront oubliés.

 

Enfin nous appelons chacune et chacun à prendre soin de soi, ainsi que de leurs proches. La signature de la CFTC est « la vie à défendre ». Nous continuerons donc de nous mobiliser à vos côtés dans cette période où une large solidarité est nécessaire pour surmonter cette épidémie.